LES LIBERTARIENS DE GAUCHE CONTRE L’AUTONOMIE LOCALE

LES LIBERTARIENS DE GAUCHE CONTRE L’AUTONOMIE LOCALE

 

“La bataille contre les communautés de résidences unifamiliales est nationale”, écrit David Cole dans Taki’s Magazine[1]. La colonne de Cole se concentre sur l’AB 670, une nouvelle loi de l’État de Californie qui annule tous les CC&R (Covenants, Conditions & Restrictions) qui limitent les “unités d’habitation accessoires”, mais comme le note l’article, des propositions similaires sont faites dans tout le pays ; en 2019, la législature de l’État de l’Oregon a également adopté une loi interdisant les exigences relatives aux maisons unifamiliales dans la majeure partie de l’État. Cette tendance devrait être particulièrement déconcertante pour les libertariens. Non seulement ces lois impliquent une centralisation alarmante du pouvoir de l’État, mais elles constituent une attaque contre les institutions et les arrangements mêmes qui rendent un ordre social libertarien réalisable. Malgré cela, ces lois sont régulièrement défendues par des libertariens autoproclamés du magazine Reason, notamment par Ilya Somin du Cato Institute, qui a été l’un des adversaires les plus persistants du zonage local et a même célébré l’AB 670. Il devrait être évident que les quartiers régis par des associations de propriétaires et des CC&R ont des implications résolument libertariennes. Pourquoi, alors, les libertariens autoproclamés célèbrent-ils une loi qui annule ces arrangements volontaires et centralise le pouvoir de l’État ? À la lumière de cette tendance, il est devenu nécessaire de clarifier la position libertarienne appropriée sur les communautés de convention, les quartiers propriétaires et le zonage volontaire. Comme nous allons le voir, les arguments avancés par Somin et d’autres dans les pages de Reason n’ont rien à voir avec le libertarisme proprement dit, que nous appellerons désormais le paléolibertarisme [2]. Au contraire, leur position peut être comprise comme un symptôme de la maladie de gauche qui affecte le mouvement libertarien dans son ensemble.

Pour commencer, les libertariens de gauche considèrent la “liberté de mouvement” comme l’un de leurs idéaux fondamentaux. En effet, en imposant l’ouverture des quartiers, ces libertariens de gauche suivent les frontières ouvertes jusqu’à leur conclusion logique. Pourtant, cette “liberté de mouvement” est contraire à l’éthique de la propriété privée, qui subordonne ce mouvement à la volonté des propriétaires de biens privés. Pour cette raison, Rothbard a conclu que la “liberté de mouvement” défendue par les libertariens de gauche constitue en réalité une ouverture obligatoire des quartiers et des frontières par l’État contre la volonté des propriétaires.

“Toutefois, en repensant l’immigration sur la base du modèle anarcho-capitaliste, il est devenu clair pour moi qu’un pays totalement privatisé n’aurait en aucun cas des « frontières ouvertes ». Si chaque parcelle de terre dans un pays était détenue par une personne, un groupe ou une société, cela signifierait qu’aucun immigrant ne pourrait y entrer sans y être invité et sans avoir été permis d’y louer ou d’y acheter une propriété. Un pays totalement privatisé serait aussi « fermé » que ses habitants et ses propriétaires le souhaiteraient. Il semble donc clair que le régime de l’ouverture des frontières qui existe de facto aux États-Unis équivaut en réalité à une ouverture rendue obligatoire par l’État central, agent en charge de toutes les rues et tous les terrains publics, et ne reflète pas véritablement les souhaits des propriétaires.” [3]

Malgré le bon raisonnement de Rothbard, cette “liberté de mouvement” semble être l’idéal suprême pour de nombreux libertariens de gauche. L’augmentation de la criminalité et la destruction de la valeur des biens, des communautés, des nations et des cultures qui résulteraient d’une migration illimitée importent peu aux libertariens de gauche. Au contraire, ils se réjouissent souvent de cette destruction car elle favorise leurs objectifs culturels de gauche. Ce genre d’état d’esprit a conduit Rothbard à les surnommer de façon mémorable les “nihilo-libertaires”. En outre, les ouvertures obligatoires, les lois anti-discrimination et les quotas de discrimination positive – souvent tacitement soutenus par les libertariens de gauche – ont rendu l’intégration forcée omniprésente. Alors que les gaucho-libertaires ont un état d’esprit nettement utopique qui nie ou cherche à éliminer les préférences raciales, les paléolibéraux reconnaissent la persistance des antagonismes ethniques et considèrent que les droits absolus de propriété privée sont les seuls à pouvoir faire face à cette réalité. Comme l’explique Hoppe :

“C’est précisément le caractère absolument volontaire de l’association et de la séparation humaines – l’absence de toute forme d’intégration forcée – qui rend possibles des relations pacifiques – sans commerce – entre des personnes distinctes sur le plan racial, ethnique, linguistique, religieux ou culturel.” [4]

Cependant, les libertariens de gauche défendent rarement ce droit à la séparation, même en théorie, et considèrent encore moins qu’il puisse servir un objectif valable. En pratique, ils soutiennent une intégration plus forcée sous la forme de l’ouverture des frontières et, maintenant, de l’ouverture des quartiers. Comme nous le verrons, une grande partie du soutien de la gauche libertarienne à ces lois anti-zonage est motivée par des sentiments explicitement égalitaires. L’égalitarisme est finalement en conflit avec la propriété privée et l’ordre naturel [5], ce qui signifie que les gauchistes-libertaires devront finalement choisir entre l’éthique libertarienne de la propriété privée et l’égalitarisme. Dans notre cas, les gaucho-libertaires de Reason se sont montrés avant tout des égalitaristes de gauche en favorisant l’intervention de l’État au détriment des droits de propriété privée dans la poursuite de leurs objectifs égalitaires.

Compte tenu de notre sujet, il n’est guère nécessaire de préciser que l’individualisme atomiste promu par certains libertariens doit également être rejeté. Le libertarien réaliste exige de comprendre et d’accepter l’homme tel qu’il est et le monde tel qu’il est. [Dans cette optique, la célèbre observation d’Aristote selon laquelle l’homme est, par nature, un animal social, suffit à démontrer que l’individualisme atomiste est terriblement inadéquat. Au lieu d’adopter le point de départ libertarien adéquat, à savoir le conflit entre les propriétaires et les non-propriétaires, les hyper-individualistes pensent exclusivement en termes d’individu contre le groupe et se rangent par réflexe du côté du premier dans tout conflit, ce qui les conduit à des erreurs telles que leur opposition aux CC&R.

Contrairement à ces hyper-individualistes qui croient que les quartiers ne sont rien d’autre que des parcelles de propriété adjacentes possédées séparément, Rothbard a noté à juste titre que ” les paléolibertariens, à la différence des nihilistes, ne sont pas opposés au concept de communauté ; nous insistons simplement pour le restreindre aux actions volontaires des détenteurs de propriété ” [7]. Rothbard a trouvé un accord avec le paléoconservateur Howard Phillips, qui a souligné l’idée de la communauté comme une communauté contractuelle ou conventionnelle volontaire de propriétaires de voisinage[8]. [En plus de l’avantage social de permettre aux gens de vivre avec des voisins ayant des valeurs et des préférences similaires, les quartiers fournissent des avantages économiques essentiels en facilitant les échanges et en protégeant les valeurs de la propriété. [En ce sens, les quartiers et les communautés sont le prolongement logique de la propriété privée. Cependant, les quartiers, comme tout investissement, comportent des risques.

Un risque évident est qu’un mauvais voisin s’installe dans le quartier ou qu’un ancien bon voisin devienne odieux et/ou n’entretienne pas sa propriété. Par conséquent, il est dans l’intérêt des propriétaires du quartier de promulguer des clauses restrictives interdisant les actions et les comportements qui pourraient diminuer la valeur des propriétés ou miner la communauté. Comme l’explique Rothbard, les propriétaires peuvent accepter n’importe quel type de contrat de voisinage qui leur convient et les clauses restrictives peuvent traiter un grand nombre de problèmes qui ne sont pas nécessairement criminels, comme la drogue ou le voisin odieux mentionné ci-dessus :

“Dans un pays, ou un monde, où la propriété est totalement privée, y compris les rues, et où les quartiers contractuels privés sont constitués de propriétaires, ces derniers peuvent conclure tous les types de contrats de voisinage qu’ils souhaitent. En pratique, le pays serait donc une véritable “magnifique mosaïque” (selon les célèbres mots du maire de New York, M. Dinkins), allant de quartiers contractuels turbulents du type Greenwich Village à des quartiers WASP homogènes et socialement conservateurs. N’oubliez pas que tous les actes de propriété et les conventions seraient à nouveau totalement légaux et applicables, sans aucune restriction de la part du gouvernement. Ainsi, en ce qui concerne la question de la drogue, si un quartier propriétaire s’engageait par contrat à ce que personne ne consomme de drogues, et que Jones violait le contrat et en consommait, les autres communautés-contractantes pourraient simplement appliquer le contrat et le mettre dehors. Ou, puisqu’aucun contrat préalable ne peut prévoir toutes les circonstances imaginables, supposons que Smith devienne si personnellement odieux que ses collègues propriétaires du quartier veuillent l’expulser. Ils devraient alors le racheter – probablement à des conditions fixées contractuellement à l’avance conformément à une clause “odieuse”.” [10]

Ces quartiers sont souvent fondés par un propriétaire unique qui “loue” la propriété aux résidents[11]. En d’autres termes, il peut vendre tous les droits sur le terrain, à l’exception du droit de l’utiliser à des fins non résidentielles ou du droit de construire une maison d’un certain modèle (par exemple, non unifamiliale). Le propriétaire est un entrepreneur comme les autres ; il cherche à faire des profits en satisfaisant la demande des consommateurs. Dans notre cas, cela signifie fournir le meilleur environnement pour une communauté résidentielle, bien que les quartiers propriétaires puissent également être composés d’entreprises ou d’un mélange d’entreprises et de résidences. Afin de remplir cette tâche, le propriétaire doit décider de l’utilisation du terrain, planifier, superviser et coordonner la construction et sélectionner les résidents en fonction de leur compatibilité[12]. Comme la propriété est immobile, une grande partie de sa valeur dépend de son environnement, ce qui rend essentiel une planification et une coordination efficaces ; cependant, les propositions affecteront les différentes parties de la propriété de manière inégale, ce qui rendra les disputes et les désaccords inévitables. Le leadership du propriétaire sera particulièrement important pour régler ces différends car il a un intérêt dans le succès de la communauté dans son ensemble ; cependant, comme l’ajoute Hoppe, le propriétaire a besoin du soutien de la majorité de la communauté, et plus particulièrement de l’élite de la communauté :

“Il est donc clair que la tâche de maintenir le pacte que comporte une communauté libertarienne (propriétaire) incombe avant tout au propriétaire. Mais il n’est qu’un seul homme, et il lui est impossible de réussir dans cette tâche s’il n’est pas soutenu dans son effort par une majorité des membres de la communauté en question. En particulier, le propriétaire a besoin du soutien de l’élite de la communauté, c’est-à-dire des chefs de famille et des entreprises les plus investis dans la communauté. Afin de protéger et éventuellement d’augmenter la valeur de leur propriété et de leurs investissements, le propriétaire et l’élite de la communauté doivent être prêts à se défendre par la force physique et la punition contre les envahisseurs extérieurs et les criminels intérieurs. Mais, deuxièmement et tout aussi important, ils doivent également être prêts à se défendre, par l’ostracisme, l’exclusion et finalement l’expulsion, contre les membres de la communauté qui préconisent, font de la publicité ou de la propagande pour des actions incompatibles avec l’objectif même du pacte : protéger la propriété et la famille.” [13]

Contrairement à la vision égalitaire adoptée par les libertariens de gauche, nous constatons que le leadership et la hiérarchie sont essentiels au succès des quartiers propriétaires et des communautés d’alliance. Spencer MacCallum est un anthropologue des quartiers propriétaires et l’auteur de The Art of Community. MacCallum a noté que les quartiers propriétaires ne sont pas uniques au monde moderne et qu’ils ont évolué à partir d’une structure nettement hiérarchique, orientée vers la famille. “Au sein des ménages, dans le monde primitif, la terre est généralement administrée par un homme plus âgé dans la ligne de succession des biens. Pour les groupes de ménages, elle peut être administrée par un chef de clan, de lignage ou d’un autre groupe qui est généralement un homme âgé du groupe de parenté le plus étendu.” [14]

Nous devons également détromper les libertariens de gauche de la notion suicidaire selon laquelle une société libertarienne est obligée d’être tolérante. Ce point de vue fallacieux peut être observé dans un article de blog écrit par Ilya Somin intitulé “Le zonage enferme les gens. Nous devrions les libérer”. [15] Caractéristique des libertariens de gauche, cela suggère qu’un ordre social libertarien se maintiendrait plus ou moins de lui-même. Heureusement, Mises ne se faisait pas de telles illusions. Comme il l’a dit, “telle que la nature humaine est, la société ne peut pas exister s’il n’y a pas de dispositions pour empêcher les personnes indisciplinées de commettre des actions incompatibles avec la vie en communauté.” [16] Il est à peine besoin de dire que le crime doit être combattu et puni. [Quelles sont alors les dispositions à prendre pour faire face aux autres actions incompatibles avec une communauté libertarienne ? Nous trouvons heureusement la réponse dans la propriété privée elle-même. ” C’est le but même de la propriété privée “, écrit Hoppe, ” d’établir des domaines physiquement séparés de juridiction exclusive afin d’éviter d’éventuels conflits concernant l’utilisation de ressources rares “.” [18]

Afin de maintenir la valeur des propriétés, un niveau de vie élevé et l’éthique libertarienne de la propriété privée, il est impératif que la communauté reste une juridiction séparée et exclusive. Il faudra être vigilant pour garder les communistes, les marxistes culturels et les socialistes de toutes sortes, les gangs, les voleurs, les bénéficiaires de l’aide sociale, les clochards et autres types d’antisociaux physiquement éloignés (c’est-à-dire physiquement éloignés). L’exclusion des agitateurs communistes et socialistes et des voyous comme Antifa et Black Lives Matter est particulièrement importante car leur agitation seule suffit à perturber une communauté, mais leurs agressions contre la propriété privée les rendent intolérables pour toute la société civilisée.

Il est intéressant de noter que Somin a touché par inadvertance la solution aux criminels incorrigibles, aux types antisociaux et aux agitateurs en s’opposant à la solution. C’est-à-dire que les communautés d’alliance doivent les expulser et les isoler, les laissant confinés ou “enfermés” dans leur propre zone, loin des propriétaires responsables et des communautés axées sur la famille, où leur crime et leur comportement ne peuvent que s’affecter mutuellement. Sans contraintes liées au politiquement correct et à la démocratie, la propriété privée et le droit privé permettraient aux communautés de traiter les criminels de carrière et les agitateurs incorrigibles bien plus efficacement que l’État ne l’a fait ou ne le fera. Le fait d’avoir le choix entre s’assimiler et jouir d’une qualité de vie élevée ou être expulsé de la société civilisée sera un facteur de motivation très puissant. Comme le fait remarquer MacCallum, le maintien des communautés a toujours impliqué l’exclusion et l’exil : ” À tous les niveaux de la société, tant primitive que moderne, l’exil est le remède naturel et automatique au manquement et à la fraude. ” [19] Malheureusement, les propriétaires privés ont été dépouillés d’une grande partie de cette protection et, comme l’explique Hoppe, l’absence de cette protection a encouragé les clochards et les mal-élevés, ce qui a conduit à une détérioration de la civilisation :

“Exclure d’autres personnes de sa propre propriété est le moyen même par lequel un propriétaire peut éviter que des “mauvais” se manifestent : des événements qui diminueront la valeur de sa propriété. En n’étant pas autorisé à exclure librement, le nombre de mauvais éléments – étudiants, employés, clients, mal élevés, paresseux, peu fiables, pourris – augmentera et la valeur des biens diminuera. En fait, l’intégration forcée (le résultat de toutes les politiques de non-discrimination) engendre un mauvais comportement et un mauvais caractère. Dans une société civilisée, le prix ultime d’un mauvais comportement est l’expulsion, et tous les individus mal élevés ou pourris (même s’ils ne commettent aucun délit) se verront rapidement expulsés de partout et par tous et deviendront des parias, physiquement éloignés de la civilisation. C’est un lourd tribut à payer, d’où une diminution de la fréquence de ces comportements. En revanche, si l’on empêche une personne d’expulser les autres de sa propriété chaque fois que leur présence est jugée indésirable, le mauvais comportement, l’inconduite et les caractères carrément pourris sont encouragés (ce qui est moins coûteux). Plutôt que d’être isolés et, en fin de compte, entièrement retirés de la société, les “clochards” – dans tous les domaines d’incompétence imaginables (clochardisation) – sont autorisés à perpétrer leurs désagréments partout, de sorte que les comportements de clochardisation et les clochards prolifèrent. Les résultats de l’intégration forcée ne sont que trop visibles. Toutes les relations sociales, qu’elles soient privées ou professionnelles, sont devenues de plus en plus égalitaires (tout le monde se tutoie) et inciviles.” [20]

Le type d’anarcho-tyrannie [21] qui prévaut de plus en plus dans des villes comme San Francisco, Portland, Chicago et Seattle est une conséquence de la privation de ce droit pour les propriétaires privés et serait certainement le résultat de la suggestion de Somin de “libérer” ceux qui sont “enfermés”. Comme le souligne Hoppe, un ordre social libertarien sans discrimination dégénérerait rapidement en socialisme d’État providence :

Les vrais libertariens conservateurs – contrairement aux libertariens de gauche – ne doivent pas seulement reconnaître et souligner le fait qu’il y aura une forte augmentation de la discrimination (exclusion, expulsion) dans une société libertarienne où les droits de propriété privée sont pleinement restaurés pour les propriétaires de résidences et de domaines privés ; plus important encore, ils devront reconnaître – et les conservateurs et les idées conservatrices peuvent être utiles pour y parvenir – qu’il doit en être ainsi : c’est-à-dire qu’il devrait y avoir une discrimination stricte si l’on veut atteindre l’objectif d’une anarchie de la propriété privée (ou une société de droit privé pur). Sans une discrimination continue et implacable, une société libertarienne s’éroderait rapidement et dégénérerait en socialisme d’État providence. Tout ordre social, y compris un ordre conservateur libertarien, nécessite un mécanisme auto-applicatif. Plus précisément, les ordres sociaux (contrairement aux systèmes mécaniques ou biologiques) ne sont pas maintenus automatiquement ; ils nécessitent un effort conscient et une action délibérée de la part des membres de la société pour les empêcher de se désintégrer. [22]

Loin d’être regrettables, l’exclusion et la discrimination peuvent donc être considérées comme des forces civilisatrices. [23] Bien sûr, Hoppe s’empresse de préciser que les perturbations plus légères peuvent ne nécessiter qu’un ostracisme plutôt qu’une expulsion :

“Bien entendu, l’application d’une convention est en grande partie une question de prudence. La manière et le moment de réagir, ainsi que les mesures de protection à prendre, exigent du jugement de la part des membres de la communauté et surtout du propriétaire et de l’élite de la communauté. Ainsi, par exemple, tant que la menace du relativisme moral et de l’égalitarisme se limite à une petite proportion de jeunes et de jeunes adultes pour une brève période de leur vie (jusqu’à ce qu’ils reviennent à l’âge adulte contraint par la famille), il pourrait bien être suffisant de ne rien faire du tout. Les partisans du relativisme culturel et de l’égalitarisme ne représenteraient guère plus que des embarras ou des irritations temporaires, et la punition sous forme d’ostracisme peut être assez légère et indulgente. Une petite dose de ridicule et de mépris peut suffire à contenir la menace relativiste et égalitaire. La situation est toutefois très différente et des mesures plus radicales peuvent s’avérer nécessaires lorsque l’esprit du relativisme moral et de l’égalitarisme s’est installé parmi les membres adultes de la société : les mères, les pères, les chefs de famille et les chefs d’entreprise. Dès que les membres adultes de la société expriment habituellement leur acceptation ou même leur défense des sentiments égalitaires, que ce soit sous la forme de la démocratie (règle de la majorité) ou du communisme, il devient essentiel que les autres membres, et en particulier les élites sociales naturelles, soient prêts à agir de manière décisive et, en cas de non-conformité continue, à exclure et finalement à expulser ces membres de la société.” [24]

Ces interdictions doivent aller au-delà des simples actions et s’étendre à la promotion d’idées contraires à l’objectif du pacte. Tout comme l’Église catholique ne tolérerait jamais qu’un membre s’élève contre le catholicisme, une communauté libertarienne ne peut tolérer la défense d’idées incompatibles avec l’éthique de la propriété privée, comme le socialisme, le communisme et l’égalitarisme[25]. Bien sûr, ces spécificités varieront en fonction de la communauté particulière et de l’objectif du pacte. Comme Hoppe s’empresse de l’ajouter, il ne faut pas confondre la conformité sociale et culturelle au sein d’une communauté avec la conformité entre les communautés : “Pour éviter tout malentendu, il pourrait être utile de souligner que l’augmentation prévue de la discrimination dans un monde purement libertarien n’implique pas que la forme et l’étendue de la discrimination seront identiques ou similaires partout. Au contraire, un monde libertarien pourrait être et serait probablement un monde avec une grande variété de communautés localement séparées s’engageant dans une discrimination distincte et de grande portée.” [26] En fin de compte, les clauses restrictives et la discrimination permettent une plus grande variété de communautés et, comme l’explique Rothbard, ces conditions de résidence sont une alternative à l’interdiction par l’État :

“Si chaque lieu et chaque quartier était la propriété d’entreprises privées, de sociétés ou de communautés contractuelles, la véritable diversité régnerait, conformément aux préférences de chaque communauté. Certains quartiers seraient ethniquement ou économiquement diversifiés, tandis que d’autres seraient ethniquement ou économiquement homogènes. Certaines localités autoriseraient la pornographie, la prostitution, la drogue ou l’avortement, d’autres interdiraient tout ou partie de ces activités. Les interdictions ne seraient pas imposées par l’État, mais seraient simplement des conditions de résidence ou d’utilisation du territoire d’une personne ou d’une communauté. Alors que les étatistes qui ont la démangeaison d’imposer leurs valeurs à tous les autres seraient déçus, chaque groupe ou intérêt aurait au moins la satisfaction de vivre dans des quartiers de personnes qui partagent ses valeurs et ses préférences. Bien que la propriété de voisinage ne soit pas une utopie ou une panacée pour tous les conflits, elle offrirait au moins une solution de second choix avec laquelle la plupart des gens seraient prêts à vivre. “[27]

On peut également s’attendre à ce que la restauration des droits de propriété privée et des clauses restrictives atténue les tensions raciales, ethniques et religieuses. Contrairement aux libertariens de gauche, les paléolibéraux reconnaissent que la ségrégation forcée et l’intégration forcée sont mauvaises pour la même raison. Comme l’explique Lew Rockwell, une société libre aurait des organisations masculines, des quartiers polonais, des églises noires, des country clubs juifs et des fraternités blanches[29]. Les aspirations à l’ingénierie sociale [30] et le dédain pour les préférences de groupe dont font preuve tous les groupes représentent peut-être le plus grand échec des libertariens de gauche à comprendre et à accepter l’homme tel qu’il est. En effet, comme l’a détaillé Jared Taylor, de nombreux Noirs ont ouvertement exprimé leur désir de garder leurs quartiers noirs :

“Un journaliste noir a écrit sur une réunion dans une banlieue noire et aisée d’Atlanta. La fête s’est soudainement tue lorsqu’une voiture d’agent immobilier, transportant un couple de Blancs, a descendu lentement la rue. “J’espère qu’ils ne trouveront rien qui leur plaise”, a déclaré l’un des invités, “sinon, c’en est fini du quartier”. … Azurest est une communauté de bord de mer de 119 familles près de Sag Harbor, New York. Elle a été créée en 1947 comme lieu de vacances pour les Noirs qui n’étaient pas les bienvenus dans les stations balnéaires blanches. C’est aujourd’hui le lieu de villégiature préféré des Noirs aisés qui pourraient se permettre d’aller n’importe où mais qui préfèrent passer leurs vacances parmi d’autres Noirs. Les propriétaires d’Azurest Earl G. Graves, éditeur du magazine Black Enterprise et Alma Brown, veuve de Ron Brown, qui fut secrétaire au commerce dans l’administration Clinton. “C’est une communauté historiquement noire”, a déclaré Lynn Hendy, présidente de l’association des propriétaires. “J’aimerais que cela reste ainsi”. “[31]

Ces préférences pourraient être prises en compte dans notre modèle de communautés contractuelles. Il est également intéressant de noter que les habitants de ces quartiers considèrent comme acquis le fait qu’un quartier changera en fonction de l’évolution de ses habitants, alors que Somin – comme les défenseurs libertariens de l’ouverture des frontières – semble croire que les pauvres des centres-villes vont miraculeusement se transformer en classe moyenne de banlieue simplement en déménageant. Si un propriétaire n’a pas à justifier les décisions qu’il prend avec son bien, les sentiments exprimés par les Noirs d’Azurest et de la banlieue d’Atlanta susmentionnée sont tout à fait ordinaires et entièrement rationnels. Comme le souligne Taylor, malgré plus d’un demi-siècle d’intégration, la plupart des Américains considèrent toujours les tensions raciales comme un problème et un nombre important de personnes ont une vision pessimiste des relations raciales futures. [Les études qu’il cite sur les effets de la diversité sur les communautés sont particulièrement pertinentes pour notre sujet. Par exemple, Robert Putnam de Harvard a étudié 41 communautés américaines allant de l’homogénéité du Dakota du Sud rural à la diversité de Los Angeles et a trouvé une forte corrélation entre l’homogénéité et les niveaux de confiance[33]. Parmi les effets de la diversité, il a relevé une moindre confiance dans les dirigeants locaux, une moindre probabilité de faire des dons à des œuvres de bienfaisance ou du bénévolat et une moindre attente que les autres fassent des dons à des œuvres de bienfaisance ou coopèrent pour résoudre volontairement les problèmes, un moindre bonheur et une moindre qualité de vie perçue, moins d’amis proches et de confidents et une plus grande participation aux marches de protestation et aux groupes de réforme sociale. Les conclusions de Putnam sont conformes à d’autres recherches sur les effets de la diversité :

“Dora Costa, du Massachusetts Institute of Technology, et Matthew Kahn, de l’université Tufts, ont analysé 15 études récentes concernant l’impact de la diversité sur la cohésion sociale. Ils ont constaté que toutes les études avaient “la même conclusion : l’hétérogénéité réduit l’engagement civique”.” [34]

À tout le moins, nous pouvons conclure que ces effets rendent beaucoup moins probable qu’une communauté résiste à un gouvernement plus éloigné en faveur de l’autonomie locale, et encore moins qu’elle rétablisse le droit privé et l’ordre naturel. Malgré cela, les libertariens de gauche considèrent comme une question de foi que les sociétés homogènes sont en quelque sorte déficientes et inférieures aux sociétés diversifiées. De manière caractéristique, Somin a célébré l’augmentation de la diversité qu’il attend des lois anti-zonage[35]. De plus, l’utilisation répétée par Somin du terme ” excluant ” comme négatif suggère une opposition implicite à la propriété privée, car la propriété privée est nécessairement excluante[36]. Il est intéressant de noter qu’il soutient également que cela fera baisser le prix des logements dans ces communautés, et c’est exactement ce que de nombreux propriétaires espèrent éviter avec les conventions restrictives et le zonage. Et pourtant, à la manière d’Orwell, Somin affirme que cela renforcera en quelque sorte les droits de propriété. C’est la prérogative des propriétaires de prendre des mesures pour s’assurer que leur propriété conserve sa valeur, y compris des accords avec d’autres propriétaires. Contrairement à Somin, personne n’a de droit sur un bien qu’il ne possède pas et limiter le contrôle d’un propriétaire réel sur son bien pour le rendre moins cher et plus accessible aux acheteurs potentiels ne renforce pas les droits de propriété, mais constitue une violation claire des droits de propriété. En utilisant l’État pour annuler les accords volontaires entre les propriétaires et limiter le contrôle qu’ils exercent sur leur propre propriété, les non-propriétaires bénéficieront de prix de l’immobilier plus bas, mais les propriétaires perdront la valeur de leur maison et les quartiers dans lesquels ils ont payé pour y vivre et les entretenir. En d’autres termes, Somin propose d’utiliser l’État pour redistribuer la propriété et la richesse des propriétaires aux non-propriétaires. Il n’est pas surprenant, de l’aveu même de Somin, que la plupart des soutiens à ces lois anti-zonage se trouvent à gauche. Caractéristique également des libertariens de la périphérie, Somin traite l’homme comme un animal purement économique ; une grande partie de son argumentation repose sur la prétendue augmentation de la richesse moyenne qui en résulterait. Il n’entre pas dans le cadre de cet article de contester l’économie de Somin [37], mais il est instructif de se rappeler comment Hoppe a appliqué la théorie subjective de la valeur à l’immigration :

Pour les libertariens de l’école autrichienne, il devrait être clair que ce qui constitue la “richesse” et le “bien-être” est subjectif. La richesse matérielle n’est pas la seule chose qui a de la valeur. Ainsi, même si les revenus réels augmentent en raison de l’immigration, il ne s’ensuit pas que l’immigration doive être considérée comme “bonne”, car on peut préférer un niveau de vie inférieur et une plus grande distance par rapport aux autres plutôt qu’un niveau de vie supérieur et une distance moindre par rapport aux autres [38]

Les libertariens de gauche ne semblent pas prendre en compte la probabilité que beaucoup de ceux qui ont fui le centre ville le fuiront à nouveau si le centre ville est imposé dans leurs quartiers, comme ce fut le cas avec le brassage forcé. [39] De même, l’analyse de Rothbard du programme de bons scolaires – défendu par de nombreux libertariens de gauche – est particulièrement intéressante dans ce contexte.

” Un assaut égalitaire contre les banlieues au nom des pauvres des centres-villes est l’un des points majeurs du programme de bons scolaires. Car l’un des aspects monstrueux du programme de “choix de l’école” est qu’il sert de substitut au vieux programme de brassage forcé qui a échoué : Une partie du programme de la gauche libertarienne est une tentative de centralisation, de destruction des poches d’autonomie locale. De nombreux habitants des banlieues ayant fui la criminalité, l’aide sociale et les logements pourris des centres-villes, ont réussi à se tailler des écoles décentes, même si elles sont publiques. En effet, ces écoles sont plus ou moins soumises au contrôle parental local et à l’autorité fiscale locale. Les égalitaristes de l’aide sociale essaient depuis de nombreuses années de détruire la “ségrégation” des banlieues et de les forcer à s’unir aux centres-villes et à subir leurs problèmes ; le “choix” de l’école, qui détruira les districts séparés des banlieues, est une méthode sinistre pour atteindre ce même objectif.” [40]

L’observation de Rothbard selon laquelle les libertariens de gauche ont l’intention de détruire la “ségrégation dans les banlieues” s’est avérée particulièrement prémonitoire. En effet, Somin et ses alliés de gauche se sont fortement appuyés sur la démagogie raciale et la “ségrégation” a été explicitement mentionnée comme une motivation des lois anti-zonage du Minnesota[41]. En d’autres termes, alors qu’une grande partie du pays est forcée de participer à l’expérience de diversité de la gauche, Somin et ses alliés de gauche souhaitent empêcher le reste du pays d’y échapper s’il le souhaite. Plus important encore, nous voyons que les libertariens de gauche de Reason n’hésitent pas à substituer l’intervention du gouvernement à l’éthique de la propriété privée dans la poursuite de la “diversité”. Comme pour d’autres politiques défendues par les libertariens de Beltway, telles que les bons d’achat, l’ALENA et l'”immigration libre”, les partisans prétendent que les lois anti-zonage augmenteront la liberté, mais le résultat sera nécessairement un contrôle gouvernemental plus centralisé. En réalité, les effets centralisateurs de l’agenda de Somin ont été rendus encore plus explicites dans un article de 2011 dans lequel il plaide en faveur de tribunaux fédéraux assumant la compétence et statuant sur les règlements de zonage locaux[42]. Une fois encore, il s’agit d’une position diamétralement opposée à celle de Rothbard, qui mettait spécifiquement en garde contre le fait de donner du pouvoir à la Cour suprême et de tenter de l’utiliser à ses propres fins. Au contraire, Rothbard insistait sur le fait que la Cour suprême devait être minimisée et réduite autant que possible :

“En attendant une privatisation totale, il est clair que notre modèle pourrait être approché, et les conflits minimisés, en autorisant les sécessions et le contrôle local, jusqu’au niveau du micro-quartier, et en développant des droits d’accès contractuels pour les enclaves et les exclaves. Aux États-Unis, il devient important, dans le cadre d’une décentralisation aussi radicale, que les libertariens et les libéraux classiques – en fait, de nombreux autres groupes minoritaires ou dissidents – commencent à mettre l’accent sur le dixième amendement oublié et tentent de décomposer le rôle et le pouvoir de la Cour suprême centralisatrice. Plutôt que d’essayer de faire entrer à la Cour suprême des personnes de sa propre persuasion idéologique, il faudrait réduire et minimiser son pouvoir autant que possible, et le décomposer en organes judiciaires étatiques, voire locaux. ” [43]

Même si nous admettons que certaines lois de zonage locales sont loin d’être idéales, elles ne peuvent être corrigées qu’au niveau local. Comme l’explique Hoppe, toute autre solution représente une dangereuse centralisation du pouvoir :

“Les libertariens, souligne Rothbard à ce propos, doivent s’opposer, comme les conservateurs traditionnels (mais contrairement aux sociaux-démocrates, aux néo-conservateurs et aux libertariens de gauche), pour des raisons de principe, à toute centralisation du pouvoir de l’État, même et surtout si cette centralisation implique un jugement correct (comme la légalisation de l’avortement ou la suppression des impôts). Il serait anti libertarien, par exemple, de demander aux Nations Unies d’ordonner le démantèlement d’un monopole de taxis à Houston, ou au gouvernement américain d’ordonner à l’Utah d’abolir son exigence de certification par l’État pour les enseignants, parce que ce faisant, on aurait illégitimement accordé à ces organismes d’État la juridiction sur des biens qu’ils ne possèdent manifestement pas (mais que d’autres possèdent) : non seulement Houston ou l’Utah, mais chaque ville du monde et chaque État des États-Unis. Et si chaque État, petit ou grand, viole les droits des propriétaires de biens privés et doit être craint et combattu, les grands États centraux violent les droits d’un plus grand nombre de personnes et doivent être encore plus craints. Ils ne naissent pas ab ova, mais sont le résultat d’un processus de concurrence éliminatoire entre de nombreux petits États locaux indépendants à l’origine. Les États centraux, et finalement un État mondial unique, représentent l’expansion et la concentration réussies du pouvoir étatique, c’est-à-dire du mal, et doivent donc être considérés comme particulièrement dangereux.” [44]

Incroyablement, un autre auteur de Reason, Christian Britschgi, cite avec approbation Emily Hamilton, également employée par un groupe de réflexion de Kochtopus, pour soutenir que les gouvernements des États sont justifiés d’étendre leur juridiction aux questions de zonage local parce que les gouvernements locaux sont prétendument trop redevables aux propriétaires :

“Déplacer ce type de décisions au niveau de l’État signifie également contourner les gouvernements locaux où les voix anti-développement ont une plus grande influence, explique Emily Hamilton, experte en politique urbaine au Mercatus Center. “Les propriétaires ont tendance à vivre dans la même juridiction plus longtemps que les locataires et à voter plus souvent que ces derniers”, explique Mme Hamilton. “Les décideurs politiques locaux sont très redevables à ces propriétaires et les politiques d’aménagement du territoire ont tendance à refléter les préférences des électeurs.” Étant donné que l’augmentation de l’offre fait baisser le prix des maisons existantes, cela rend les propriétaires, et par extension les gouvernements locaux, beaucoup plus susceptibles de s’opposer à la construction de nouvelles maisons.” [45]

Vous avez bien lu, un prétendu libertarien soutenant que le problème du gouvernement local est qu’il représente trop les souhaits des propriétaires ! Une fois de plus, nous voyons que Rothbard avait raison d’identifier la destruction de l’autonomie locale comme faisant partie de l’agenda libertarien de gauche. Inutile de dire que le point de vue libertarien approprié est que le gouvernement le moins nuisible serait celui qui reflète le plus les souhaits des propriétaires. Somin, Britschi et Hamilton croient clairement que l’on ne peut pas faire confiance aux résidents locaux pour prendre de bonnes décisions et ils croient en outre que cela justifie que les autorités centrales qu’ils espèrent influencer prennent ces décisions à leur place. En gardant cela à l’esprit, nous devrions tenir compte de l’avertissement prémonitoire de Jeff Deist concernant l’universalisme libertarien :

“L’universalisme fournit les fondements philosophiques du mondialisme, mais le mondialisme n’est pas la liberté : au contraire, il menace de créer de tout nouveaux niveaux de gouvernement. Et l’universalisme n’est pas la loi naturelle ; en fait, il est souvent en contradiction directe avec la nature humaine et la (véritable) diversité humaine.” [46]

En résumé, nous pouvons conclure que les communautés d’alliance, les quartiers de propriétaires et le zonage volontaire sont la base d’un ordre social libertarien réaliste. Parce que les gouvernements ne se réformeront pas d’eux-mêmes, et encore moins ne se dissoudront, les libertariens doivent davantage penser et agir localement. Bien sûr, la sécession sera finalement nécessaire, mais c’est mettre la charrue avant les bœufs car des communautés locales fortes où les propriétaires jouissent d’une autonomie considérable sont parmi les conditions préalables les plus fondamentales pour que la sécession et la décentralisation radicale réussissent. Ce seul fait est une raison suffisante pour défendre les communautés planifiées comme celle de Cole contre les efforts centralisateurs du gouvernement de l’État. Peut-être plus important encore, avec des propriétaires qui paient des cotisations à leur HOA pour établir leurs propres règles et le consentement éclairé des CC&Rs requis pour emménager, des quartiers comme celui-ci fonctionnent de manière similaire à notre modèle libertarien. Dans ces conditions, les libertariens devraient être les plus ardents défenseurs de ce type de quartiers. En défendant les communautés planifiées, les libertariens ont également une approximation utile de la façon dont les principes libertariens peuvent fonctionner en pratique pour les critiques qui accusent le libertarisme de ne pas être pratique. En outre, la croissance inexorable du gouvernement fédéral a fait que le libertarisme semble hors de propos pour les populistes préoccupés par leur vie quotidienne, car trop de libertariens se concentrent exclusivement sur le gouvernement fédéral. En revanche, cette question a un impact évident sur la vie quotidienne et les libertariens défendront les choses qui comptent le plus pour les gens : la capacité de protéger et de maintenir leur qualité de vie, le quartier dans lequel ils ont emménagé et la valeur de leur maison, ainsi que le droit d’exercer un contrôle local. Il est impératif que les paléolibertariens s’opposent vigoureusement aux libertariens du Beltway et aux libertariens de gauche sur cette question. Non seulement parce que leur position conduit à plus de centralisation, viole les droits de propriété et nous éloigne d’un ordre social libertarien, mais aussi parce que la position adoptée par Somin et Reason représente complètement mal la position libertarienne et renforce de nombreux stéréotypes négatifs sur les libertariens comme étant déconnectés, élitistes, hautains et plus préoccupés par l’application de leur idéologie que par les effets du monde réel. Pour finir, j’ai été frappé par le fait qu’il n’y avait rien dans la chronique de Cole qui ne puisse être adopté par les paléolibertariens. Ce numéro montre une fois de plus que les champions de la liberté ne seront pas toujours des libertariens autoproclamés, bien que les menaces à la liberté puissent effectivement provenir de libertariens autoproclamés.

https://hoppean.org/article/left-libertarians-vs-local-self-government-1

Auteur Matt Ray

—————————————————————————————————————————

1 Voir David Cole, “’Chaotic Diversity’ in My Backyard,” Takimag.com

2 Pour les deux ouvrages que cet auteur considère comme les livres paléolibertaires définitifs, voir Hans-Hermann Hoppe, Hans-Hermann Hoppe — Démocratie, le dieu qui a échoué et Hans-Hermann Hoppe — De l’aristocratie à la monarchie à la démocratie ( https://editionsresurgence.com/ ) and The Irrepressible Rothbard Rothbard: The Rothbard-Rockwell Report Essays of Murray N. Rothbard, Llewelyn H. Rockwell Jr., ed. (Center for Libertarian Studies, Burlingame, California, 2000); pour une autre collection représentative d’essais paléolibertaires, voir aussi Ilana Mercer, Broad Sides: One Woman’s Clash With A Corrupt Culture (Curva Peligrosa Press, 2009);pour une explication concise du paléolibéralisme, voir Rockwell, “The Case for Paleo-Libertarianism,” Liberty 3, vol. 3 [Janvier 1990]: 34-38; pour d’autres essais et articles paléolibertariens dignes d’intérêt voir Justin Raimondo, “Libertarianism’s Divergent Roads,” Taki’s Magazine ; Jeff Deist, “For a New Libertarian,” mises.org ; Joseph Sobran, “The Reluctant Anarchist,” Sobran’s [Décembre 2002]: 3-6. Le blog https://vu-dailleurs.com/ et https://www.mises-fr.org/

3 voir Murray N. Rothbard, “Nations by Consent: Decomposing the Nation-State.” Journal of Libertarian Studies 11, No. 1 (1994): 1–10. Traduction disponible : https://www.institutcoppet.org/nations-par-consentement-rothbard/

4 Voir Hoppe, “The Case for Free Trade and Restricted Immigration.” Journal of Libertarian Studies 13, No. 2 (1998): 221–233.

5 Pour en savoir plus sur l’égalitarisme voir Rothbard, Egalitarianism as a Revolt against Nature, and Other Essays (Auburn, AL: Mises Institute, 2000).

6 Voir Hoppe, “A Realistic Libertarianism,” LewRockwell.com [Septembre 30, 2014]: Hoppe écrit : Ainsi, de même que tout logicien qui veut faire bon usage de ses connaissances doit s’intéresser à la pensée et au raisonnement réels, de même un théoricien libertarien doit s’intéresser aux actions des personnes réelles. Au lieu d’être un simple théoricien, il doit aussi devenir sociologue et psychologue et prendre en compte la réalité sociale “empirique”, c’est-à-dire le monde tel qu’il est réellement.”

7 Voir Rothbard, “The New Fusionism: A Movement For Our Time,” Rothbard-Rockwell Report 2, no. 1 [January 1991]: 9.

8 Voiribid.

9 Voir Hoppe, Democracy—The God That Failed: The Economics and Politics of Monarchy, Democracy, and Natural Order (New Brunswick, N.J.: Transaction Publishers, 2001), p. 213.

10Voir Rothbard, ” The New Fusionism : A Movement For Our Time “, Rothbard-Rockwell Report 2, no 1 [janvier 1991] : 9-10 ; voir également Hoppe, Introduction to The Ethics of Liberty (New York University Press, 1998), p. x1i ; comme l’explique Hoppe, cela pourrait également fournir une solution à l’avortement : ” Le droit à l’avortement n’implique pas que l’on puisse avorter n’importe où. En fait, il n’y a rien d’inadmissible à ce que des propriétaires privés et des associations discriminent et punissent les avorteurs par tous les moyens autres que la punition physique. Chaque ménage et chaque propriétaire est libre d’interdire l’avortement sur son propre territoire et peut conclure une convention restrictive avec d’autres propriétaires dans le même but. En outre, chaque propriétaire et chaque association de propriétaires est libre de licencier ou de ne pas embaucher et de refuser de s’engager dans quelque transaction que ce soit avec un avorteur. Il se peut en effet que l’on ne trouve nulle part un endroit civilisé et que l’on doive se retirer dans la tristement célèbre “ruelle” pour se faire avorter. Non seulement il n’y aurait rien de mal à une telle situation, mais elle serait positivement morale en augmentant le coût des comportements sexuels irresponsables et en contribuant à réduire le nombre d’avortements. En revanche, la décision de la Cour suprême n’était pas seulement illégale en étendant sa juridiction, c’est-à-dire celle de l’État central, aux dépens des États et des collectivités locales, mais aussi, en fin de compte, de la juridiction légitime de chaque propriétaire privé sur sa propre propriété ; elle était aussi positivement immorale en facilitant la disponibilité et l’accessibilité de l’avortement..

11 Voir Hoppe, Democracy—The God That Failed: The Economics and Politics of Monarchy, Democracy, and Natural Order (New Brunswick, N.J.: Transaction Publishers, 2001), pp. 214-215.

12 Voir Spencer H. MacCallum, The Art of Community (Menlo Park, Calif.: Institute for Humane Studies, 1970), pp. 63, 66, 67.

13 Voir Hoppe, Democracy—The God That Failed: The Economics and Politics of Monarchy, Democracy, and Natural Order (New Brunswick, N.J.: Transaction Publishers, 2001), p. 216.

14 Voir MacCallum, The Art of Community (Menlo Park, Calif.: Institute for Humane Studies, 1970), p. 69.

15 MacCallum, The Art of Community (Menlo Park, Calif.: Institute for Humane Studies, 1970), p. 69.

16 Voir Ludwig von Mises, The Anti-Capitalistic Mentality (Auburn, AL: Ludwig von Mises Institute, 2008) p. 90.

17 Pour en savoir plus voir Hoppe, The Private Production of Defense Journal of Libertarian Studies, Winter 1998-99, 14(1), pp. 27-52. idem, (Auburn, AL: Ludwig von Mises Institute, 2009).

18 Voir Hoppe, Democracy—The God That Failed: The Economics and Politics of Monarchy, Democracy, and Natural Order (New Brunswick, N.J.: Transaction Publishers, 2001), p. 226.

19 Voir MacCallum, The Art of Community (Menlo Park, Calif.: Institute for Humane Studies, 1970), p. 70.

20 Voir Hoppe, Democracy—The God That Failed: The Economics and Politics of Monarchy, Democracy, and Natural Order (New Brunswick, N.J.: Transaction Publishers, 2001), p. 211.

21 Pour en savoir plus sur l’anarcho-tyrannie Samuel Francis, “Anarcho-Tyranny, U.S.A.” Chronicles [July 1994]: 14-18.

22 Voir Hoppe, Democracy—The God That Failed: The Economics and Politics of Monarchy, Democracy, and Natural Order (New Brunswick, N.J.: Transaction Publishers, 2001),, p. 213.

23 Pour la défense de la discrimination voir Walter Block, The Case for Discrimination (Auburn, AL: Ludwig von Mises Institute, 2010).

24 Voir Hoppe, Democracy—The God That Failed: The Economics and Politics of Monarchy, Democracy, and Natural Order (New Brunswick, N.J.: Transaction Publishers, 2001), pp. 217-218.

25 Voir ibid, p. 218: “Dans une convention conclue entre le propriétaire et les locataires de la communauté dans le but de protéger leur propriété privée, il n’existe pas de droit à la liberté d’expression (illimitée), pas même à l’expression illimitée sur sa propre propriété de locataire. On peut dire d’innombrables choses et promouvoir presque n’importe quelle idée sous le soleil, mais naturellement personne n’est autorisé à défendre des idées contraires à l’objectif même du pacte de préserver et de protéger la propriété privée, comme la démocratie et le communisme” ; Le concept de liberté d’expression, comme d’autres droits, n’a de sens qu’en termes de droits de propriété. Pour plus d’informations à ce sujet, voir Rothbard. The Ethics of Liberty (New York University Press, 1998), chap. 15, p. 113 : “le concept de “droits” n’a de sens qu’en tant que droits de propriété. Car non seulement il n’y a pas de droits de l’homme qui ne soient pas aussi des droits de propriété, mais les premiers perdent leur caractère absolu et leur clarté et deviennent flous et vulnérables lorsque les droits de propriété ne sont pas utilisés comme norme.”

26 voir ibid, 212n.

27 Voir Rothbard, “Nations by Consent: Decomposing the Nation-State.” Journal of Libertarian Studies 11, No. 1 (1994): 1–10.

28 Voir Rockwell, “The Case for Paleo-Libertarianism,” Liberty 3, vol. 3 [Janvier 1990] 37: “La ségrégation imposée par l’État, qui violait également les droits de propriété, était une erreur, mais l’intégration imposée par l’État l’est également. La ségrégation imposée par l’État n’était pas mauvaise parce que la séparation est mauvaise, cependant. Le désir de s’associer à des membres de sa propre race, nationalité, religion, classe, sexe ou même parti politique est une impulsion humaine naturelle et normale.”

29 Voir ibid.

30 Voir Jeff Deist, “For a New Libertarian,” Mises.org [Juillet 28, 2017]: Deist explique succinctement pourquoi la nature non utopique du libertarianisme est l’une de ses forces : ” Mais les libertariens croient au libre arbitre, souligne [Rothbard]. Les gens se façonnent eux-mêmes. C’est donc une folie de s’attendre à des changements radicaux pour s’adapter à la structure que nous préférons. Nous espérons que les gens agiront moralement, nous pensons que la liberté fournit les bonnes incitations à l’amélioration morale. Mais nous ne comptons pas sur cela pour que la liberté fonctionne. En fait, seul le libertarien accepte les humains tels qu’ils sont, ici et maintenant. C’est dans ce sens que Rothbard considère la liberté comme “éminemment réaliste”, la “seule théorie qui soit vraiment cohérente avec la nature de l’homme et du monde”. Comprenons donc – et vendons – la liberté comme une approche profondément pragmatique de l’organisation de la société, une approche qui résout les problèmes et les conflits en se débrouillant avec les meilleures solutions privées et volontaires disponibles. Rejetons les grandes visions et les utopies pour ce qui sera toujours un monde désordonné et imparfait. Mieux, mais pas parfait, devrait être notre devise.”

31 Voir Jared Taylor, White Identity: Racial Consciousness in the 21st Century (New Century Books, 2011), p. 42.

32 Voir ibid, p. 108.

33 Voir ibid, pp. 126-127.

34 Voir ibid, p. 127.

35 Voir Ilya Somin, “Minneapolis Strikes a Blow for Affordable Housing by Slashing Zoning Restrictions,” Reason.com [Decembre 8 , 2018].

36 Voir idem, “Progress on Exclusionary Zoning, Regression on Rent Control,” Reason.com [Decembre 25, 2019]; voir idem, “Progress in the Struggle Against Exclusionary Zoning,” Reason.com [Decembre 25, 2018].

37 Voir Rothbard, The Ethics of Liberty, chap. 26. Rothbard nota, “L’utilitarisme suffit à peine à défendre la liberté et le laissez-faire.” (p. 202).

38 Voir Hoppe, Democracy—The God That Failed: The Economics and Politics of Monarchy, Democracy, and Natural Order (New Brunswick, N.J.: Transaction Publishers, 2001), p. 138.

39 Pour en savoir plus sur le brassage forcé, voirThomas E. Woods Jr., The Politically Incorrect Guide to American History (Washington: Regnery, 2004), pp. 200-205; voir aussi Jared Taylor, Paved With Good Intentions: The Failure of Race Relations in Contemporary America (New York: Carroll & Graf Publishers, 1993), pp. 202-207.

40 Voir Rothbard, “The Big Government Libertarians: The Anti-Left-Libertarian Manifesto,” Rothbard-Rockwell Report 4, no. 12.

41 Voir Somin, “Minneapolis Strikes a Blow for Affordable Housing by Slashing Zoning Restrictions,” Reason.com [Decembre 8, 2018].

42 Voir idem, “Federalism and Property Rights” (Avril 30, 2011). University of Chicago Legal Forum, Symposium on Governance and Power, pp. 53-88, 2011; George Mason Law & Economics Research Paper No. 11-33.

43 Voir Rothbard, “Nations by Consent: Decomposing the Nation-State.” Journal of Libertarian Studies 11, No. 1 (1994): 1–10

44 Voir Hoppe, Introduction to The Ethics of Liberty (New York University Press, 1998), pp.x1i-x1ii.

45 Voir Christian Britschgi, “Oregon Proposes Ditching Single-Family Zoning Statewide,” Reason.com [Decembre 18, 2018].

46 Voir Deist, “For a New Libertarian,” Mises.org [Juillet 28, 2017].

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

code